Un dispositif contre le harcèlement à l'école

Quelques éléments généraux

Mobbing, bullying... harcèlement.

Selon la manière dont on se représente le phènomène de bullying, on va développer des dispositifs qui vont être très différents.

Ce qui différencie le harcèlement de toute autre conduite agressive, c'est le fait que ce soit répétitif, que la personne ait de la peine à se défendre, que ne soit pas elle qui a provoqué l'attaquant. On a bien à faire à une attaque délibérée.

Prévalence: il y aurait entre 5-10% d'enfants et d'adolescents qui subissent des comportements de harcèlement.

Il existe différentes formes de harcèlement :

  • verbales (injures)

  • exclusion physique matériel (racket)

  • menace

  • chantage raciste / sexuel / virtuel (cyberbullying)



Le dispositif mis en place: le programme KIVA en Finlande

KiVa school -Let's make it together!

Ce dispositif est soutenu par les pouvoirs politiques, ce qui donne/implique une forme de confiance à ce programme et aux chercheurs. Cela induit donc de la légitimité et de la crédibilité au programme.

Le principes de base du programme

Travailler sur les témoins: trouver un accès qui soit le moins difficile possible et le plus réalisable. L'objectif:

  • enseigner aux témoins des stratégies pour soutenir les victimes.

  • diminuer le prestige du statut de harceleur : faire en sorte que ses comportements de bullying ne soient pas considérés comme des comportements désirables.

  • intervenir sur les valeurs sociales : développer au niveau des écoles, mais aussi en collaboration avec les pouvoirs politiques, l'idée qu'il y a des conduites au sein d'une communauté comme l'école qui sont inacceptables et qu'il faut développer des valeurs de respect mutuel, de dignité, de respect de la non-violence.

Actions transversales :

Elles concernent l'ensemble des élèves de l'école. Elles se donnent sous la forme de leçons : des thèmes soumis à discussion, exercices en dyade sur des thèmes à propos de la relation avec autrui, sur la pression du groupe, des discussions de thèmes dans lesquels on va analyser les plusieurs formes que le bullying peut prendre. Idée de pouvoir discuter des formes de bullying et jusqu'à quel point on a à faire à des phénomènes d'agressivité. Exercices qui permettent aux élèves de voir quelle stratégie pourrait-t-on utiliser pour venir en aide aux victimes.

Un jeu virtuel, KiVa street, et un forum internet, permettent aux élèves d'échanger sur les situations. Les résultats obtenus:

Il en ressort des éléments positifs, notamment une diminution du nombre de cas de bullying (de tous les types).

Il demeure toutefois une difficulté: celle de rapporter les cas.

L'effet de ce programme est plus fort avec des enfants de classe primaire, qu'avec des élèves plus âgés (13-16 ans). Il y a plus d'effet chez les garçons que chez les filles, mais cet effet varie en fonction de la proportion du nombre des garçons et de filles dans chaque classe. Là où il y a le plus de garçons, les filles bénéficient aussi plus du programme. Cette dimension de la classe en tant que telle est donc très importante ! Ce qui amène aussi à faire l'hypothèse qu'on peut parler d'un climat de classe. La spécificité de ce programme, c'est la dimension du soutien politique qu'il y a derrière, projet d'établissement où les enseignants sont formés à ce dispositifs et forment des équipes. Les écoles qui font ce projet ont en effet le label KiVa. On peut alors considérer que ce label est une sorte d'identité attribuée à l'école, une opportunité qui lui est offerte de s'afficher comme une école qui lutte contre la violence, ce qui implique donc un engagement de la part de la direction, de l'école et des enseignants.