Le cheval, ce magicien

Mis à jour : 26 oct. 2019

Grâce à son extrême sensibilité et attention, le cheval était tout désigné pour nous accompagner et nous soigner au plus profond de notre âme.


Les relations entre l'homme et le cheval sont très anciennes: elles remonteraient selon des archéologues britanniques à 3500 avant notre ère (Néolithique), date des premières traces de domestication des équidés.

D'abord bétail utilisé pour les travaux à la ferme, le cheval a ensuite servi de moyen de transport et de soutien aux soldats sur les champs de bataille. Aujourd'hui, le voilà propulsé au rang de guérisseur grâce à la reconnaissance de ses mille vertus et talents thérapeutiques.

Plus que tout autre animal, le cheval possède une extrême sensibilité qui lui permet de lire le langage corporel humain et de refléter les émotions d'un consultant. Quand ce dernier ressent de la peur ou de la satisfaction, le thérapeute ne va pas pouvoir le décrypter immédiatement, contrairement au cheval qui va immédiatement réagir en miroir. Le thérapeute pourra ainsi, grâce au comportement du cheval, percevoir et travailler ce qu'il aurait pu louper sans son fidèle et précieux compagnon de travail.


Loin d’être cantonné au simple rôle de monture (d'ailleurs, en Equicoaching et dans mes séances, on ne monte absolument pas), le cheval devient désormais un accompagnateur de l’épanouissement psychologique de personnes de tous âges, avec ou sans des troubles psychologiques ou des troubles envahissants du développement. Les séances se déroulent donc au sol, à pied, donc il n’est pas nécessaire d’être cavalier pour avoir recours à cette technique. Le thérapeute adapte le choix de l’animal et des exercices en fonction de l’expérience de chacun.


Voici une petite liste, non exhaustive, des bienfaits du cheval sur nous autres les humains.


Au niveau psycho-social

  • Travail de l'estime de soi

  • Apprentissage du moment présent (le vivre et l'accepter)

  • Développement de l'intelligence émotionnelle

  • Facilitateur de l'expression des désirs

  • Amélioration de la concentration et de l'anticipation

  • Amélioration du respect de soi et d'autrui

  • Apprentissage du respect des règles en société

  • Responsabilisation

  • Développement le leadership ou du positionnement social selon les situations

  • Etc.

Comment ça marche ?

Le cheval est un être hypersensible. En tant que proie dans la nature, cet animal a développé une grande intelligence émotionnelle qui lui est utile s'il veut échapper au danger. Cette sensibilité poussée à son extrême lui permet de "lire" les émotions et intentions des personnes qui l'entourent et d'agir en conséquence pour maintenir son bien-être et sa garantir sa survie.

Ainsi, grâce à ses réactions, le thérapeute peut visualiser les problèmes de manière très concrète et y amener des solutions adaptées. Sans le cheval, ces détails, s'ils ne sont pas verbalisés correctement par le consultants, pourraient retarder une thérapie, créer des blocages ultérieurs, etc.

Comme les chats, les chiens ou les lapins, le cheval est sans jugement. Il n'a pas non plus d'attentes, ce qui permet de créer un lien dans un cadre idéal, sans peur d'être jugé. Un équidé invite à l'échange, à la collaboration à la relation. Il amène le patient à se responsabiliser et à s'engager pour obtenir ce qu'il attend du cheval. Et c'est bien ceci qui est au coeur de la thérapie: se faire entendre, comprendre et respecter, dans une attitude collaborative avec un animal de plus de 450kg (en ce qui concerne ma jument), en passant par la douceur, le respect et l'amour inconditionnel.


Avec qui faire ces séances ?

Comme dans tout travail sûr soi sur le plan psychologique, personnel et émotionnel, il est important de ressentir une certaine affinité avec le thérapeute. En effet, les échanges vont être profonds, intimes et parfois difficiles et c'est la raison pour laquelle il est important de se sentir en confiance avec la personne qui vous accompagne dans votre processus.

En outre, il est, à mon avis, indispensable que le thérapeute ait suivi une formation sérieuse, afin d’accompagner correctement la personne, dans le respect des normes morales, éthiques et professionnelles.

De plus, le cheval reste un animal, avec des réactions qui peuvent parfois être imprévisibles, voire dangereuses. Même si le risque zéro n'existe pas, il est essentiel que le thérapeute qui vous accompagne ait une solide connaissance de l'animal avec lequel il travail, de ses besoins et particularités, afin de garantir au mieux votre sécurité. L'improvisation ne peut pas avoir sa place.